No Billag: citoyens versus consommateurs

L'initiative No Billag s'oppose à la vision citoyenne du service public.
Grégoire Barbey

Vous vous considérez d’abord comme citoyen ou comme consommateur? Si la question vous paraît étrange, elle n’en est pas moins intéressante dans le cadre de l’initiative visant à supprimer la redevance radio-télévision et à interdire toute subvention de la Confédération aux médias audiovisuels en Suisse. Les partisans de No Billag n’ont de cesse d’utiliser les mêmes éléments de langage. Ils répètent à tort et à travers qu’en supprimant la redevance, les consommateurs seront à même de dépenser ce montant comme ils le souhaitent, et qu’ils le feront probablement en partie en faveur de médias qui ne seront plus subventionnés.

C’est ce mot, consommateur, qui met le mieux en relief la pensée des partisans de l’initiative. Ils ne croient pas à la notion de service public en général, et moins encore s’agissant des médias audiovisuels. Or, le principe du service public national et régional en matière de médias audiovisuels en Suisse, c’est de s’adresser à des citoyens. Un média qui s’adresse à un consommateur s’adresse avant tout à un client. Son objectif ne sera pas de s’adresser à tous les consommateurs, mais plutôt de trouver une formule qui capte le plus grand nombre pour générer des rentrées d’argent, laissant les autres en retrait.

Prenons un exemple. Aujourd’hui, le service public national, incarné par la SSR (RTS en Suisse romande), permet aux personnes malvoyantes et malentendantes d’accéder à ses contenus. Ceci a un coût. Avez-vous déjà pris la peine de regarder une émission de la RTS en langue des signes? Essayez, c’est édifiant. Vous comprendrez qu’il faut engager des gens. Que cette prestation n’est pas forcément rentable (cela représente quoi comme marché concrètement?), et qu’il faut donc dépenser à perte pour que ces personnes, qui ne sont pas des citoyens de seconde zone, puissent aussi profiter du service public national audiovisuel.

Vous croyez qu’une entreprise de média 100% commerciale, dans un marché publicitaire restreint, en perte de vitesse qui plus est, dépensera de l’argent à perte pour qu’une minorité puisse accéder à ses contenus? Bien sûr que non. Cette différence entre média respectant un mandat de service public et média commercial est le nœud de l’affaire: le premier s’adresse à des citoyens, qu’ils soient italophones, francophones, malentendants, malvoyants, vivant en région de montagne ou en ville. Alors que le second adapte son offre pour capter le plus grand nombre de consommateurs. De ce point de vue, les consommateurs qui ont des attentes particulières, par exemple en termes d’accessibilité aux contenus, seront des consommateurs de seconde catégorie. Parce qu’ils ne sont pas suffisamment nombreux pour justifier des dépenses importantes. Parce que cette activité ne serait pas rentable.

Il faut reconnaître aux initiants une certaine honnêteté dans le langage qu’ils emploient pour défendre leur initiative. Ils ont recours aux grandes théories économiques, qu’ils estiment applicables en toute situation, qu’importe la qualité du marché, sa taille, etc. Pour eux, seuls une entreprise qui s’adresse à des clients peut définir le juste prix. Ce qu’ils ne disent toutefois pas, c’est quel est ce fameux «juste prix». Sera-t-il plus élevé qu’aujourd’hui pour une offre de même ampleur, ou même de moindre ampleur? Ils n’en disent mot. Ils ne savent pas. Qui peut savoir?

Toutefois, les citoyens, ceux qui voteront, devront se demander s’ils sont d’abord des consommateurs qui doivent se soumettre aux règles du marché , ou s’ils sont des citoyens et qu’à ce titre, ils décident qu’une redevance à 451 francs (365 francs dès 2019) est un montant correct pour bénéficier d’une offre de 58 chaînes de télévisions et de radios dans toute la Suisse, qui touche tous les citoyens de ce pays, qu’ils soient établis dans une région linguistique minoritaire, dans une région périphérique, malentendants, malvoyants, etc.

La question que les citoyens (et non les consommateurs) doivent se poser ce dimanche 4 mars prochain est simple. Le marché peut-il, dans un pays divisé en trois régions linguistiques (auxquelles s’ajoute le rhéto-romanche), satisfaire toutes les catégories de citoyens énumérées précédemment? Si vous avez la chance d’être bien portant, de vivre dans une grande agglomération, alors peut-être qu’un marché sans subvention vous permettra de bénéficier d’une offre audiovisuelle convenable. Quid des autres? Posez-vous cette question, et quelle que soit la réponse que vous y apporterez, n’oubliez pas de voter en votre âme et conscience.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser...

Partager cet article

Facebook 0
Google+ 0
Twitter
Imprimer
Email

2 réponses sur “No Billag: citoyens versus consommateurs”

  1. Ce que je retiens de la campagne « No Billag » à ce jour, c’est avant tout le bashing systématique des milieux de la presse et de la culture contre les effets prétendûment dévastateurs d’une éventuelle acceptation de cette initiative. Le monde des journalistes condescend parfois à accepter l’idée qu’il est complètement déconnecté des réalités de la société, mais s’entête dans une défense ma foi très corporatiste de ses intérêts. Surtout, continuons à faire ce que nous faisons depuis des années, sans nous poser aucune question. Attention, c’est l’idée de la démocratie suisse qui est en jeu!
    Il en résulte que le débat démocratique qui devrait normalement avoir lieu au sujet de « No Billag » est complètement anesthésié par les incantations apocalytiques des opposants qui ne montrent que mépris envers ceux qui auraient l’idée, bien entendu saugrenue, de se poser la question de la mission, du périmètre et des limites de medias de service public.
    En simplifiant l’équation, on pourrait admettre que la redevance est un impôt et, qu’à ce titre, elle devrait être perC’ue par la confédération. Dès lors, l’existence de la société Billag, excroissance ridicule et sans valeur ajoutée, serait condamnée, sans changements majeurs, puisque c’est la Confédération qui distribue le fruit de la redevance. Et l’on pourrait alors continuer à ronronner, comme on le fait depuis toujours.
    Je ne sais pas encore la réponse que je mettrai dans l’urne le 4 mars. Mais ce que je sais, c’est je suis las, vraiment très las, d’entendre et de lire les remontrances suffisantes des milieux de la presse et de la culture qui ont, encore et toujours, à considérer les gens comme des peigne-culs sans éductation ni capacité à réfléchir.

    1. Vous remettez en cause *le fonctionnement* du système et de ce point de vue là je pense aussi qubil peut y avoir des améliorations. Mais lbinitiative No-Billag remet en cause *lbexistence* du système. Dès lors, la réaction des journalistes est assez compréhensible.
      Comme lba dit Filippo Lombardi, B+B Il faut guérir le mal de tête avec une aspirine, pas avec une guillotineB B;.

Laisser un commentaire