L’humanité échouée sur les rives de l’Europe

La photo du petit garçon décédé au bord de la Méditerranée a choqué. Avec raison.
Grégoire Barbey

La publication de photos montrant un enfant décédé sur une plage turque lors d’un naufrage en une de nombreux journaux européens a lancé un vaste débat sur les réseaux sociaux. Fallait-il publier ces images? C’est la question que se posent des milliers de personnes aujourd’hui. Je pense que la réponse est oui. Certains médias ont préféré flouté l’enfant: c’est leur droit. Il s’agit d’un choix strictement éditorial. Il faut néanmoins remettre cette triste image dans son contexte: alors que l’Europe fait face à d’importants défis migratoires, de nombreux politiciens font tout ce qui est en leur pouvoir pour agir le moins possible. Les mots employés sont souvent durs. De peur de se mettre à dos une part importante de leurs opinions publiques, les responsables européens se renvoient la balle. Rares sont les politiciens à tenir un langage courageux sur le sujet. Il y a pourtant urgence. Aux frontières de l’Europe, des milliers de personnes quittent leur pays au péril de leur vie.

Les médias ont-ils pour mission d’édulcorer la réalité, aussi crue soit-elle, lorsqu’il est question de vies humaines? Je ne le pense pas. Il n’est pas question ici d’un fait divers sordide. Les photos d’Aylan Kurdi, cet enfant de 3 ans retrouvé mort sur les rives d’une plage turque, témoignent d’une réalité quotidienne dans cette période d’instabilité géopolitique. Certains invoquent le respect de sa personne et de sa dignité pour s’opposer à la froide publication de ces images. J’entends et comprends cet argument. Mais la paralysie des autorités de l’Union européenne et des Etats membres respecte-t-elle la dignité de ces milliers d’êtres humains – parmi lesquels nombre d’enfants – qui s’entassent comme des bêtes dans des bateaux dans l’espoir de trouver, pour eux et pour leur progéniture, un avenir meilleur?

Il ne s’agit même plus de débattre de la possibilité ou non d’accueillir toutes ces personnes. C’est probable qu’une part de ce problème trouvera sa solution dans le rétablissement de situations politiques stables dans les pays d’où partent tous ces êtres humains. Mais cela prendra des mois, voire des années. Et pendant ce temps, l’hémorragie migratoire continuera. Certains politiciens affirment qu’il faut rendre l’Europe moins attrayante pour limiter cet afflux. Que des campagnes visant à décourager ces personnes de traverser monts et océans pour trouver refuge ailleurs permettront de limiter les pertes humaines. Comment diable, aux yeux de ces gens qui vivent la guerre, la famine, la torture, la dictature, l’Europe pourrait-elle paraître suffisamment invivable pour n’y pas tenter sa chance?

Les photos d’Aylan Kurdi donnent un visage à l’une des victimes de cette effroyable crise humanitaire, là où des dizaines de milliers d’autres n’en auront jamais aucun. Elles témoignent d’une vérité que les responsables politiques doivent avoir à l’esprit: cette situation concerne aussi des enfants. N’est-il pas indigne, de la part du premier ministre britannique David Cameron, d’évoquer ces migrants en les qualifiant d’«essaims migratoires»? Sont-ils des animaux ou des êtres inférieurs dont la seule évocation doit nous faire craindre d’être envahi par eux? Les médias, en prenant le parti de publier ces images, nous interrogent sur notre perception de la réalité quotidienne de ces individus. Cet enfant, dont on sait si peu, nous met face à un cruel dilemme: peut-on vraiment accepter que de tels événements se produisent sur notre territoire européen sans réagir? Peut-on décemment laisser cette question aux politiciens qui font de la crainte de l’étranger leur fonds de commerce? Cette crise migratoire – et l’Europe en a connu d’autres – ne trouvera pas sa fin dans des solutions toutes faites.

Nos Etats vont devoir coopérer plus étroitement et trouver des aménagements d’urgence pour affronter la situation. Probablement qu’une part de l’opinion publique s’y opposera. C’est le rôle des politiques que de prendre des décisions difficiles lorsque les événements le commandent. La publication de ces photos doit éveiller leur conscience. Et si ma foi certaines personnes se sentent coupables, c’est peut-être aussi parce qu’elles n’ont pas pris jusqu’ici la mesure de la situation. Il est probable que des dizaines d’individus périssent encore ces prochains mois. L’indécision ne permettra en aucune façon d’alléger ce funeste bilan.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser...

Partager cet article

Facebook 0
Google+ 0
Twitter
Imprimer
Email

Laisser un commentaire