Ne tirons pas trop vite sur Christian Constantin

Grégoire Barbey

Un périodique dédié au sport avec la marque Le Matin et en collaboration avec Christian Constantin? Le groupe Tamedia semble l’envisager très sérieusement. En pleine crise après l’annonce de la disparition de la version papier du Matin et la suppression d’une quarantaine d’emplois, l’éditeur tente de calmer les esprits. Il a d’abord accepté la proposition de médiation faite par les gouvernements vaudois et genevois, à laquelle participent les représentants du personnel. Puis il a communiqué sur des discussions en cours entre le président du conseil d’administration de Tamedia et l’entrepreneur valaisan pour créer un périodique qui paraîtrait 18 fois par an et serait consacré entièrement au sport.

Cette éventuelle création d’un Matin Sports n’a évidemment pas fait que des heureux. A l’image des Jeunes socialistes qui craignent qu’un entrepreneur comme Christian Constantin mette la main sur un journal, fut-il uniquement consacré au sport. Ils ont d’ailleurs initié une campagne de crowdfunding visant à racheter Le Matin afin d’empêcher le Valaisan d’arriver à ses fins

Mais les Jeunes socialistes ne sont pas les seuls à s’inquiéter de l’intérêt de Christian Constantin pour un journal dédié au sport. Des journalistes ainsi que d’autres politiciens ne voient pas cette annonce d’un bon œil. C’est pourtant ce qui pourrait arriver de mieux – à ce stade – à cette marque. Tamedia ne semble pas disposé à céder son journal à qui que ce soit, de peur de perdre son influence dans le marché publicitaire. Vendre Le Matin, ce serait accepter le risque de perdre des clients à terme, si le nouvel acquéreur réussit son pari.

Malheureusement, il est difficile de jouer les fines bouches. Combien d’autres entrepreneurs, à part Christian Constantin, ont fait part de leur intérêt pour Le Matin ou même la presse en général? Pour cette dernière, il y en a quelques-uns, mais on les compte sur les doigts d’une main, et on y trouve aussi Christoph Blocher… C’est dire si aujourd’hui le papier semble être perçu comme une mauvaise affaire. Et pourtant, l’avenir donnera peut-être tort à cette certitude.

Il n’empêche qu’à l’heure actuelle, l’intérêt de Christian Constantin doit être apprécié à sa juste valeur. Bien sûr, si cette opération devait se faire, il faudrait dès lors surveiller le comportement de l’entrepreneur vis-à-vis de la liberté éditoriale de ce Matin Sports. Mais ça se fera dans un deuxième temps. En attendant, s’il pouvait y avoir d’autres personnalités dans le monde entrepreneurial qui manifestaient un intérêt marqué pour la presse, alors le journalisme s’en porterait sans doute mieux. Car l’urgence pour lui, c’est de disposer de moyens afin de continuer à informer correctement les gens.

Raison pour laquelle il vaut mieux se réjouir de voir qu’un entrepreneur – aussi sulfureux soit-il – témoigne son intérêt pour la presse papier. Avec un peu de chance, cela incitera d’autres personnalités du monde des affaires à s’interroger et à peut-être s’y intéresser également. Ce qui ne serait pas de trop, dans un marché qui ne cesse de s’appauvrir et de voir ses moyens financiers réduits, alors même que le journalisme est plus que jamais nécessaire. – (Grégoire Barbey)

Ces articles pourraient aussi vous intéresser...

Partager cet article

Facebook 0
Google+ 0
Twitter
Imprimer
Email

Laisser un commentaire