Tamedia: large soutien sur les réseaux sociaux en faveur des grévistes

Quelques messages choisis parmi des dizaines ayant afflué sur les réseaux sociaux concernant la grève d'une partie des collaborateurs romands de Tamedia.
Grégoire Barbey

La grève d’une partie du personnel de Tamedia en Suisse romande n’est de loin pas passée inaperçue ces derniers jours. D’une part, les journaux concernés sont sortis de presse avec une pagination réduite. D’autre part, les soutiens politiques n’ont cessé d’affluer sur les réseaux sociaux tout au long de ces trois derniers jours. Petit florilège.

Le président du Parti socialiste suisse Christian Levrat s’indigne des menaces de Tamedia:

De son côté, le compte twitter du Parti socialiste lausannois relaie le chantage de Tamedia à l’égard des pigistes pour qu’ils assurent un service minimal durant la grève:

Le nouveau conseiller d’Etat socialiste Thierry Apothéloz, élu en mai à Genève, partage ses inquiétudes sur Facebook:
Le rédacteur en chef de l’actualité TV et multimédia de la RTS Bernard Rappaz souligne l’ironie du titre du feuillet «emploi» paru dans la Tribune de Genève et 24 Heures:

Le nouveau collaborateur personnel de la présidente du Conseil d’Etat vaudois Nuria Gorrite s’indigne pour sa part des menaces faites par Tamedia à l’égard des grévistes:

Le compte twitter des collaborateurs de l’Agence télégraphique suisse (ats) partagent leur solidarité à l’égard de leurs consœurs et confrères de Tamedia:

L’influent journaliste Jacques Pilet a publié de son côté un article sur le site Bon pour la tête intitulé «Le comble du mépris»:

La conseillère nationale écologiste vaudoise Adèle Thorens affiche son soutien à l’égard des grévistes:

La solidarité à l’égard des collaborateurs de Tamedia n’est pas chasse gardée de la gauche. Ici, le journaliste de Radio Lac Olivier Francey relaie la présence du conseiller national démocrate-chrétien genevois Guillaume Barazzone auprès des grévistes de la Tribune de Genève:

Mais d’autres messages ont également été partagés sur les réseaux sociaux, comme celui de l’excellente enquêtrice du Matin Dimanche Camille Krafft, qui fait part sur Facebook de son indignation tout en rappelant l’amour qu’elle porte à son métier:
Pas de doute, la grève des collaborateurs de certains titres romands de Tamedia a été un véritable événement en Suisse romande, si peu habituée à de tels mouvements de protestation. Reste à savoir si le soutien massif des responsables politiques ne se limitera pas à des déclarations d’intention. Espérons que la médiation proposée par les gouvernements vaudois et genevois, acceptée par les grévistes et par Tamedia, permettra aux salariés d’obtenir de véritables changements dans la politique de leur éditeur.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser...

Partager cet article

Facebook 0
Google+ 0
Twitter
Imprimer
Email

Laisser un commentaire