Retraités: vous êtes priés de crever en Suisse

Quand le PLR et l'UDàattaquent la Prévoyance 2020, ils révèlent le cynisme de leur projet de société.
Grégoire Barbey

Indécence. Un mot qui qualifie à merveille la dernière attaque des libéraux-radicaux et de l’UDC contre la réforme des retraites – la Prévoyance vieillesse 2020. Les deux partis, ayant ensemble la majorité au Conseil national, s’indignent qu’un tiers des retraités touchent leurs rentes AVS à l’étranger, selon des chiffres publiés cette semaine par l’Office fédéral des assurances sociales. Selon la présidente du Parti libéral-radical Petra Gössi, citée par le Blick: «Ces retraités ne génèrent aucune valeur en Suisse. Ils ne paient pas d’impôts et ne consomment pas ici».

La Prévoyance vieillesse 2020 prévoit une augmentation de 70 francs par rente, y compris pour les retraités vivant à l’étranger, ce qui dérange le PLR et l’UDC. A nouveau, ces deux partis, véritables fers de lance de l’économie de marché libérale, ne raisonnent qu’en termes de «valeur». Pourtant, les retraités qui touchent leur AVS à l’étranger ont aussi cotisé tout au long de leurs années de travail. Bien souvent, ces personnes s’expatrient pour bénéficier d’un meilleur pouvoir d’achat.

Car si le PLR et l’UDC s’indignent du manque à gagner qu’ils imputent à ces traîtres à la patrie qui partent vivre à l’étranger, ils ne s’interrogent pas des raisons qui les poussent à agir ainsi. N’est-il pas scandaleux que dans un pays riche comme la Suisse, la seule perspective pour une part importante des retraités soit celle de devoir toucher des prestations complémentaires pour pouvoir survivre et bénéficier d’un repos mérité? Au point que de plus en plus de retraités préfèrent s’installer à l’étranger?

Le PLR et l’UDC sont pourtant les premiers à jouer sur des sentiments patriotiques. Ils devraient logiquement s’inquiéter de ce manque d’attractivité de la Suisse pour ses propres ressortissants une fois la retraite atteinte. A moins que le mot «étranger», sorte d’épouvantail électoral, soit au final plus rentable politiquement que la résolution des problèmes structurels de la prévoyance vieillesse. Mais l’agenda de ces deux partis est d’autant plus trouble.

Générer de la B+valeurB;, voilà donc ce que l’on attend des individus, le reste étant bien sûr secondaire. Il s’agit d’une attaque frontale contre l’universalité de l’AVS. Pour ces deux partis, il ne suffit pas de créer de la valeur en vivant et en travaillant en Suisse jusqu’à l’âge de la retraite: il faut continuer après. Vision cynique d’une société où la consommation prime sur les individus et leurs droits. Quelle est la suite du programme? Ne plus verser de rentes AVS, voire de deuxième pilier (sait-on jamais…) à quiconque souhaite vivre sa retraite ailleurs?

Sombre perspective d’une société où les êtres humains ne sont plus que les marionnettes d’un modèle économique pour lequel ils sont contraints de créer de la richesse tout au long de leurs années d’activité professionnelle pour n’en bénéficier qu’à la marge une fois à la retraite. En fin de compte, cela ne fait que confirmer ce que l’on soupçonnait à l’égard de ces partis: la liberté économique passe avant la liberté individuelle.

Partager cet article

Share on facebook
Facebook 0
Share on google
Google+ 0
Share on twitter
Twitter
Share on print
Imprimer
Share on email
Email

30 réponses sur “Retraités: vous êtes priés de crever en Suisse”

  1. Je suis un de ces traîtres à la Patrie qui s’est expatrié pour survivre. Pas de prestations complémentaires car ma femme a une capacité de travail… mais pas de travail, et avec un enfant de 5 ans. Je demandes aux dirigeants du PLR et de l’UDàde vivre en Suisse avec Fr. 2’922.- de pension… Et j’ai travaillé 44 ans en Suisse comme ingénieur, générant de la valeur… Cette situation est honteuse pour la Suisse.

    1. Absolument d’accord avec vous. Entre loyer et caisse maladie………mais on vous dit il y’a le social. Après autant d années de travail se trouver au social……p!

    2. Entièrement de votre avis, c’est proprement scandaleux, de plus c’est notre argent que je sache !?!?!!!!!! On en fait ce que l’on veut,point barre. Que je sache on n’a pas les retraites et les salaires de ces ( tres chers politiques) ….
      Je crois qu’on est suffisamment intelligents pour pouvoir gérer nos affaires. On ne se mêle pas de leurs escarcelles que je sache !!
      Juste une question, est-ce l’on est encore en démocratie oC9 le peuple est souverain ?
      Merci de m’avoir lu.
      Meilleures salutations à vous tous

      1. Entièrement en accord avec vous. mon épouse et moi avons travaillé et payé nos cotisations AS. Vu qu’il ne nous était pas possible d’acquérir une maison en Suisse vu les prix,nous en avons acheté une en France et nous habitons dans les Pyrénées Orientales oC9 la vie est moins chère. Je trouve assez scandaleux la façn de voir les choses de la part de ces partis de finances vis à vis des Suisses de l’étranger. Que font ils de la libre circulation des individus.Veulent ils faire de la Suisse une Corée du Nord ????

    3. J’ai bien aimé votre article ainsi que les réponses, je tiens à dire que je suis à la retraite, je vis à l’étranger et ma retraite et de CHF 2’350.-, je ne touche rien de plus, je ne coût pas un centime de plus à mon pays, alors si je dois revenir en Suisse, mon assurance sera payée par les service sociaux, une partie de mon logement, etc., le coût sera nettement plus important pour la suisse.
      Bien au contraire tous les suisse que sont partis à l’étranger pour mieux vivres devraient toucher une prime de bon citoyen, car ils contribue à la bonne économie de notre pauvre pays riche.

    4. Bonjour, vous avez travaillé 44 ans en suisse en tant l’ingénieur dont vous appartenez à la classe d’élite de cette pays. Votre pension est obligatoire AVS + LPP dont l’ avs pendant 44 ans vous avez le max 2350.- il reste votre LPP a 572.- .Il faut poser la question à vous oC9 est votre LPP. Un bon suisse doit avoir 4 piliers pour sa retraite (AVS,LPP,3ème pilier et son épargne personnel).

  2. Quand le Populisme atteint son apogée. On doit crever en Suisse sans même pouvoir être soigné. Voilà le paradoxe helvetique et surtout la médiocrité de ces deux partis. L’UDàn’aime que les suisses allemand d’Argovie et le PLR cherche à tout prix à ne pas disparaître. Une certaine analogie avec la France (FN et Les Republicains)… Repugnant.

  3. Bravo pour votre article !!!! Le PRL a tellement peur de perdre du terrain face à l’UDàqu’il en oublie son passé social !!!! Ces élus vivent sur leur petit nuage !!!!

  4. créer 2 catégories de citoyens, l’une digne de recevoir les 70 francs et l’autre indigne, n’est pas seulement scandaleux mais anticonstitutionnel . Je suis surpris de la position du PLR sur ce sujet, père de la Suisse moderne, son libéralisme s’arrête aux affaires, il veut enfermer les citoyens en de sages consommateurs à l’intérieur de la Suisse ! du grand n’importe quoi, il n’est plus que l’appendice de l’UDî

  5. Tout à fait d’accord, mais je me touche pour l’instant que le 2eme pilier la caisse me prélève les impôts à la source je ne comprends donc pas la polémique sur ces “gens” qui me payent pas d’impôts en Suisse. Ce n’est pas mon cas et pourtant je ne bénéficie d’aucune prestations Suisses.

  6. Très bon article et les commentaires très justes,
    Il s’agit de notre argent cotisé sur une vie.
    Merde aux politiques et la liberté à tous.

    1. Vous avez raison , et que dois-t-on faire avec ces retraités étrangers qui ont de la tune et qui la
      dépense en Suisse ?

  7. Tous ces messieurs de l’UDàet du PLR pensent que les retraités touchent des pensions bien grasses…erreur la plupart des ouvriers ayant bossés et COTISC S des années durant se voient octroyer des pensions souvent en deC’à de 1500,-chf
    Et qui n’osent même pas aller voir côté “social” car ils n’ont ni l’envie ni le courage de le faire après tant d’années passées au labeur…alors ils préfèrent changer d’air et essayer de vivre décemment ailleurs…malheureusement on ne veut pas les laisser tranquilles..!!
    Dommage que les soi-disant élites ne voient pas plus loin que leurs CONFORT..
    Un Bravo pour l’auteur de l’article …

  8. Cher Monsieur Barbie je vu vos articles qui sont très intéressants !
    Je suis président de n’a souciassions qui est Gémond m’ont dit depuis au moins 25 ans et je vois ç tous les jours que le citoyen suisse en plus renouer les deux bout .
    Bien sure les gens qu’ils sont touchés par le chômage est particulièrement aussi par une séparation voir divorce sans les nouveaux cours dans notre pays .
    Depuis 25 ans je lutte contre la justice et les les abus des avocats qui dévore carrément les gens délivrées la justice et les instances bancaires deuxième pilier .
    Si vous portez un intérêt pour notre association et notre activité depuis plus que 25 ans veuillez me prendre contacte au 079 624 89 40 !
    Je vous invite aussi à visiter mon site qu’on a créé il y a quelques années arrière à la conseillère fédérale Sommaruga .
    Je vous invité à garder sous http://www.schickenstei.ch
    Danse 29 pages écrit par des citoyens de notre pays vous allez vite comprendre le malheur et malaise qu’il y aussi .
    Dans l’attente de vos nouvelles cher monsieur je voudrais adresse mes sentiments les meilleurs .

  9. Les syndicats vont faire une razzia de signatures à la fête de la musique, je vais aller leur réserver bon accueil et signer leurs listes !

  10. Parlons chiffres, puisque le PLR nous y invite : 32,3% des retraités perçivent leurs rentes AVS à l’étranger. Et le montant total de ces rentes perC’ues en dehors des frontières helvétiques ne pèse que 13,1% du total des prestations de l’AVS. Cherchez l’erreur !
    Il n’y en a pas, car la plupart de ces retraités ne perçivent que des rentes partielles de l’AVS, notamment les étrangers qui n’ont travaillé “que” 30 ou 35 ans en Suisse… Et pour cause, l’AVS ne tient pas compte des années cotisées à l’étranger à un autre système de retraite pour calculer la rente de vieillesse; contrairement à certains systèmes européens de sécurité sociale qui, eux, le font pour l’évaluation du nombre total d’années de cotisation ; même si la rente est ensuite calculée au prorata du nombre d’années réellement travaillées dans le pays.
    Dans l’AVS, pour percevoir la rente maximale individuelle – soit 2350 francs par mois pour une personne et 3525 francs pour un couple – il faut avoir cotisé 44 ans sur un revenu annuel moyen de 84600 francs. Depuis la 10ème révision de l’AVS, la rente maximale de couple est souvent atteinte grâce au partage intégral des revenus pendant toute la durée du mariage et à l’apport des bonifications pour tâches éducatives. Mais les personnes célibataires ou divorcées jeunes percevant de faibles salaires pendant toute leur vie professionnelle ne peuvent espérer qu’une rente “maximale” AVS comprise entre 1175 et 2350 francs par mois.
    En outre, depuis les accords sur la libre circulation des personnes, les Suisses qui résident dans un pays de l’UE ou de l’AELE ne peuvent pas cotiser à l’AVS facultative pendant les périodes oC9 ils n’ont pas d’activité professionnelle en Suisse. Résultat, pour les ressortissants de l’UE comme pour certains Suisses de l’étranger : des rentes partielles à 65 ans. Par exemple, 30/44ème de 2350 francs pour 30 années travaillées en Suisse, soit 1600 francs par mois… Et ce, même pour les personnes ayant cotisé sur des revenus élevés, puisque l’AVS est un système de répartition oC9 les cotisations de l’année des travailleurs actifs financent la majeure partie des rentes versées la même année.
    Contrairement à ce qu’insinue régulièrement l’UDC, les nombreux Européens qualifiés qui travaillent ici constituent un apport net aux finances de l’AVS, et non une charge ! Car ils contribuent au système distributif très solidaire de notre 1er pilier, alors qu’ils ne pourront jamais en percevoir de rentes complètes. En outre, ils créent de la valeur ajoutée par leur travail.
    A vouloir trop jouer sur le terrain de l’UDàpour gagner la votation Prévoyance 2020, le PLR oublie que la Suisse ne vit pas derrière des murs clos (encore que…) et que ce genre d’argument pourrait donner à d’autres l’idée de renégocier les accords sur la libre circulation et leur volet social.
    Moins d’immigration, moins de cotisations de pure solidarité à l’AVS : ce sont les futurs retraités habitant en Suisse qui pourraient faire les frais de ce discours. Un discours en outre très méprisant envers les Suisses percevant de maigres retraites qui choisissent de vivre librement avec ce faible pactole à l’étranger, plutôt que de demander des prestations complémentaires ici.
    Il fut un temps oC9 le PLR ne méprisait pas le rôle régulateur de l’Etat et la solidarité sociale.
    Il verse aujourd’hui dans un paternalisme nauséabond, enjoignant aux futurs vieux que nous sommes tous de vivre et mourir au pays, pas parce qu’on s’y plairait mais pour contribuer à la valeur ajoutée.
    Heureusement qu’à l’intérieur des familles les solidarités sont multiples. La société de longue vie qui nous attend mérite mieux que des calculs d’épicier et des discours culpabilisants envers les seniors. Sauf à vouloir leur donner des envies d’ailleurs.

    1. Bravo – très bon article mettant en évidence l’horrible pensée de certains politiciens … se faire traiter de traîtres, d’évadés fiscaux, de personnes sans “valeur” fallait le faire ! ben moi quand je serai à la retraite, j’irai crever oC9 je veux quand je veux avec qui je veux et comme je veux : la liberté de mouvement, c’est un droit fondamental de l’être humain !
      Geneviève Brunet : votre commentaire est excellent

  11. Je voudrais poser une question un suisse qui va vivres l’étranger peut il recevoir sa retraite complète via son ambassade beaucoup de retraités quittent la Suisse parce que en vivant en Suisse ils ne s’en sortent pas la vie est très chère l’Allemagne permet à ses retraités d’émigrer y a-t-il des conséquences pour des retraités suisses? Votre article suscite beaucoup d’intérêt

    1. Pour le retraité AVS qui vit dans un pays de l’UE, il n’y a aucune conséquence (merci aux accords de libre échange si souvent décrié en CH…). Pour les pays hors UE, s’il y a une convention entre les deux pays, il faut se référer à ladite convention. Pour un pays hors UE et non-conventionné, si la personne en fait la demande, elle peut avoir un remboursement de ses cotisations versées mais ne pourra pas toucher de rentes!
      Bravo M. Barbey pour cette article et pour le commentaire de Mme Brunet qui explique avec simplicité les échelles de rentes et les avantages que ce système prend sur la main d’oeuvre étrange.
      En outre, le PLR et l’UDàoublient, si on veut réduire l’humain à une pure valeur économique, que les retraités de l’étranger ne peuvent bénéficier des Pàet ainsi, allègent les finances aussi bien cantonales que fédérales!

  12. Il fut un temps ou le parti libéral avait une aile sociale, c’est à dire que c’était des libéraux au sens large et pas seulement des libéraux économique. Les radicaux eux ont été à l’origine de notre excellente démocratie (constitution de 1848). Visiblement de l’eau a passé sous les ponts et ces origines ont été oubliées.
    En France le partis Les Républicains est à la poursuite du Front National, chez nous c’est le PLR qui est à la poursuite de l’UDî Ce n’est pas comme ç que ce parti va retrouver sa crédibilité et ses électeurs. De quoi être déC’u en mal !

  13. Il serait temps de rappeler au parti libéral, spécialiste des montages et autres optimisations fiscales, tous les capitaux “suisses” qui partent dans les Hedge Funds et autres paradis fiscaux, toujours bien en activité.
    Ces capitaux profitent-ils à la Suisse.
    Si même le parti libéral devient populiste, alors…!
    Ma future retraite AVS, 1’200.- Madame Petrasse pense-t-elle que je puisse vivre en Suisse avec ç?

  14. Je suis moi-même membre de l’UDC, toutefois je dois dire ici que c’est à ne plus rien y comprendre. Ici mon parti a décidé d’agir contre les Suisses eux-mêmes et leurs libertés. En outre, les opportunistes éternels du PLR jouent d’une démagogie folle comme à leur habitude. Je regerette que l’UDàse tire une telle balle dans le pied, pour le PLR ce n’est pas un problème ils en ont l’habitude. Un tel changement aurait aussi un parfait effet pour encourager la fraude, just débile!
    Celui qui a eu cette idée devrait arrêter l’extasy.

  15. Déjà qu’en Suisse on est en pénurie d’appartements alors si tous les retraités seraient ici on aurait plus de place pour les locaux ou étrangers qui viennent ici afin de faire avancer la Suisse…
    c’est aussi une autre façn de voir le problème à vouloir garder tout le monde ici

  16. Laisser les tranquille il se sont fais bouffer ici ils ont le droit de vivre sereinement et pouvoir un peux s’en sortir financièrement la suisse un pays riche oui au pro que tout coute et quand il nous arrive une merde pas d’aide rien nada alors merde je ne suis pas retraité encore mais l’envie de foutre le camp avec mes gosses est bien la bravo la suisse

  17. C’est juste répugnant !
    Toutes ces personnes qui ont travaillé en Suisse et qui ont cotisé jusqu’à leur retraite ne peuvent décidément pas profiter d’une vie plus paisible à l’étranger sans qu’on leur coupe les vivres !
    Mais bon sang, réveillez-vous ces chers politiciens ! De toute façn en Suisse tout est trop cher et nous les contribuables, nous sommes juste des vaches à lait servant à engraisser l’état !

  18. Pourquoi stigmatiser les retraités partis à l’étranger comme des traites à la patrie !!!!!! D’ailleurs je viens de voir un reportage d’une famille vivant (à la Suisse) en Thailande et je dois dire que le reportage (sic!) n’a pas été choisi par hasard !!!!! Chercher l’erreur !!!! Des gens assez aisés ayant acheté une grande villa-piscine (que je trouve assez laide par ailleurs) qui ne supportent pas les Thailandais, et qui ne représentent absolument pas la majorité des pauvres retraités suisses. Pourquoi ce reportage ne portait pas sur des personnes avec un revenu modeste avec un appartement normal etc… et une vie descente que la retraite ne permet plus en Suisse.

  19. Je suis dbaccord avec vous M. Barbey. Mais pour moi le problème AVS nbest qubun petit pourcentage de la volonté de nos pouvoirs politiques dbéconomiser sur les personnes qui ne rapportent plus à notre société .Les chiffres le prouvent CHF 2250.- est la somme maximale pour ne pas être pauvre .La majorité de ces personnes touchent entre 1500.- et2100.-Pour conclure,les personnes qui ne rapportent plus à la société sont devenus les esclaves de la volonté dbéconomie de nos pouvoirs politiques. Et comment on peut encore brandir le mot chrétien pour ces politiciens qui ne jurent que pour lb argent et le pouvoir. Loulou

Laisser un commentaire